Le métier de community manager en pleine mutation

Le métier de community manager en pleine mutation !

Le community management : un métier hétérogène pour les uns, une compétence nouvelle pour les autres

Cyrielle Maurice, le 12 juillet 2018

Le community manager d’aujourd’hui n’a plus grand-chose à voir avec celui d’hier. Son métier a beaucoup évolué. Il n’est plus seulement animateur de communautés, il doit gérer des budgets publicitaires, suivre l’actualité pour appréhender les algorithmes, analyser ses actions pour maximiser ses résultats… D’un côté, la profession se structure, elle se complexifie. Elle attire de nouveaux profils, séduits par la palette de missions du community manager. De l’autre, les professionnels établis de la communication et du marketing voient arriver le community management comme une nouvelle compétence qu’ils doivent appréhender pour évoluer.

Un métier de plus en plus complexe et structuré

La capacité d’adaptation au changement est l’une des compétences pilier du community manager. Il arrive par exemple que les plateformes réservent quelques surprises. À défaut de pouvoir les anticiper, il faut savoir être réactif : quand Facebook décide de modifier son algorithme pour privilégier les contenus personnels, les CM innovent et trouvent des solutions. Ils remettent en question leurs acquis, pourtant récents, et rusent pour générer à nouveau de l’engagement.

Outre cette évolution permanente, les enjeux s’étoffent avec le temps. Alicia Colin, social media et community manager en freelance en sait quelque chose : « à ses débuts, le community manager faisait comme son nom l’indique de l’animation de communautés. Il est aujourd’hui primordial de prendre en compte la dimension stratégique du métier ».  Dans notre enquête sur le métier de community manager, nous notions que près de 75% des community managers disposaient d’un budget pour diffuser des publicités sur les réseaux sociaux. Ils doivent ainsi maîtriser de plus en plus les bases du marketing digital, la réalisation d’audits et reportings ainsi que la mise en place de stratégies digitales.

Du couteau suisse à l’expert spécialisé

Le quotidien du community manager dépend beaucoup de la structure qui l’emploie. Si plus de la moitié des CM travaillent chez l’annonceur, certains exercent leur métier en agence ou en institution publique. De ce fait, les missions et les besoins sont multiples, comme l’explique Adina Gill, community manager : « les petites entreprises ont conscience qu’il est important d’être présent sur le web, mais ne savent trop comment s’y prendre. Ce qu’elles attendent d’un CM, c’est d’être un guide dans la communication digitale globale : qu’il sache conseiller sur le contenu d’un site, bien le référencer, faire grandir sa communauté sur les bons réseaux sociaux et augmenter la notoriété ».

Pour elle, les entreprises demandent aux CM d’être de véritables « couteaux suisses » : gestion des réseaux sociaux, publicité, référencement, création graphique… Céline Beckrich, CM également, voit la multiplicité des compétences du community manager comme un tremplin vers des métiers comme responsable de communication. Pour d’autres professionnels encore, le community management est une compétence intrinsèque et une composante importante du marketing ou de la communication.

Des formations flexibles pour tous les profils

Le métier de community manager se compose donc de profils hétéroclites. Les débouchés dans le secteur du marketing et de la communication sont divers, mais la flexibilité du community management représente pour beaucoup un atout. Les formations autour de ce métier se multiplient et séduisent des profils très variés : salariés qui souhaitent évoluer, professionnels en reconversion, renforcement de parcours pour une meilleure expertise…

Pour Cécile Mousset, Directrice d’Expériences, les centres de formation doivent être en mesure de répondre à la révolution digitale en cours, qui a un fort impact sur les métiers et accélère le besoin de renouvellement des compétences. Dans ce cadre, IFOCOP Expériences a créé une plateforme de formation en ligne de community manager.

« La formation s’adresse à toutes les personnes qui souhaitent se former au community management à distance, soit car elles n’ont pas trouvé d’offre de formation à proximité, soit parce qu’elles sont à la recherche de la flexibilité ». La formation de 150 heures se déroule sur 6 mois. Le programme est de 5 heures par semaine avec des rendez-vous en ligne uniquement le soir. « Durant le temps d’une mission, qui varie de 2 à 7 semaines, l’apprenant est libre de gérer son temps librement, la plateforme étant accessible 24h/24, 7 jours sur 7, depuis un ordinateur, une tablette ou un smartphone », ajoute Cécile Mousset.

Une méthodologie adaptée au monde du travail

Pour la directrice d’IFOCOP Expérience, les formations en ligne permettent aux apprenants d’avancer à leur rythme. « Nous leur offrons un socle de connaissances de base indispensable à la pratique de leurs futures fonctions et une méthodologie qui leur permet de continuer à s’auto former et à enrichir leur expertise dans le temps. »

IFOCOP Expérience développe également un modèle de formation basé sur le social learning. Les apprenants s’entraident, que ce soit sur le contenu des cours ou sur les projets pendant la formation. Pour Cécile Mousset il est important de ne pas s’isoler et d’interagir avec les autres apprenants. « Le programme de formation et la plateforme d’apprentissage en ligne IFOCOP Expériences ont été conçus pour faciliter la multiplication des échanges et ainsi générer une dynamique sociale, facteur d’engagement et de réussite », ajoute-elle.

SOURCE : Le Blog du Modérateur

Comments are closed.